Cadre réglementaire pour les investissements publics et privés : L'élaboration du PNIASAN 3ème génération lancée

Comptes rendus

Le ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, les acteurs non étatiques et les partenaires techniques et financier du secteur agricole ont lancé officiellement ce jeudi 22 septembre 2022 au centre de documentation de la Cour d’Appel de Cotonou, les travaux d’élaboration du Plan National d’Investissements Agricoles et de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (PNIASAN) 3ème génération. Ce document d’orientation décline le Plan Stratégique de Développement du Secteur agricole (PSDSA) sur la période de 2022 à 2025 et constitue le cadre d’internalisation et d’opérationnalisation des priorités du PAG 2021-2026. 

Au regard de la contribution du secteur agricole au PIB national (environ 27 % en 2021), il est important que les investissements publics et privés qui visent à booster durablement sa croissance s’alignent sur un cadre réglementaire. C’est ce rôle crucial que joue le PNIASAN. 

« Cadre de planification et de coordination stratégique pour le secteur de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche-aquaculture et la sécurité alimentaire, le PNIASAN a pris en compte les préoccupations, les acquis, les besoins additionnels de financement à couvrir pour assurer l’investissement dans le secteur agricole et son fonctionnement sur la période 2017-2021 » rappelle le ministre de l’Agriculture, Gaston DOSSOUHOUI au sujet du précédent PNIASAN, dans ses propos introductifs. 

Avec la mise en œuvre du PNIASAN 2, le secteur a enregistré entre autres, une amélioration de ses rendements au niveau des productions végétale, animale, halieutique et aquacole, une meilleure coordination des interventions dans le secteur, un financement accru des chaînes de valeurs, la réalisation du recensement national de l’Agriculture et les enquêtes de statistiques agricoles. Environ 890 milliards ont été mobilisés au cours de la période concernée, ceci bien qu’elle ait été affectée par la fermeture des frontières du Nigéria et la pandémie de la Covid-19. 

Le PNIASAN 3ème génération prend corps dans un contexte marqué par la reprise post-Covid-19 et la crise russo-ukrainienne avec leurs impacts sur l’économie. C’est dire que le nouveau plan qui devra s’accorder avec le PSDSA 2022 -2026 et plus particulièrement le Programme d’Action du Gouvernement 2021-2026. Il doit mettre en exergue les priorités du PAG 2021-2026 dont notamment : la sédentarisation, la restructuration des fermes d’État, le renforcement de la disponibilité et de l’accessibilité aux intrants et aliments animaux et halieutiques, les plantations et grandes cultures, les aménagements hydroagricoles avec maîtrise totale d’eau, la mécanisation agricole, la prise en compte des objectifs des zones économiques spéciales (ZES) en matière de développement de l’agro-industrie, l’organisation autour des filières pour leur contribution au financement des priorités, le renforcement de la résilience des exploitations et entreprises agricoles, la valorisation des investissements du PAG 1 (exemple du quai fruitier, de l’indication géographique ananas pain de sucre). Ce PNIASAN doit relever ces nombreux défis y compris la mobilisation des ressources financières. 

Monsieur Jean HUCHON, Chef de file des PTF du secteur agricole suggère des approches pour faciliter la mobilisation de ces ressources notamment en définissant un nombre limité d’indicateurs renseignés régulièrement et en insistant sur la gestion durable des terres et l’agro écologie. 

Soulignons que cette cérémonie officielle a connu l’installation des comités chargés de l’élaboration du PNIASAN.

Partagez cette page sur vos réseaux sociaux :

Restez connecté

La newsletter

Recevez périodiquement l’essentiel de l’actualité gouvernementale.

Rejoignez-nous

Toute l’actualité du Gouvernement en temps réel
sur nos réseaux sociaux.