Séance de travail entre la MENC R. Monrou et les opérateurs GSM


La ministre de l’Economie Numérique et de la Communication, Madame Rafiatou Monrou a eu cet après-midi du mercredi 12 avril 2017 en présence des membres de son cabinet et de l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et de la Poste (ARCEP-BENIN), une séance de travail avec les opérateurs GSM installés au Bénin à propos de la qualité de leurs services mais aussi des plaintes des abonnés de téléphonie mobile au Bénin.

A l’entame de la séance, la ministre a rappelé brièvement les attentes qui étaient les siennes suite à la précédente rencontre ayant eu lieu le 14 février 2017 avec les acteurs présents.
Prenant la parole, les différents responsables des réseaux GSM présents (MTN, GLO et MOOV) ont tour à tour, rassuré la ministre de tutelle sur les différentes améliorations techniques et commerciales qu’il y a eu depuis lors sur la qualité de leurs services.


Le secrétaire exécutif de l’autorité de régulation, Monsieur Hervé Guedegbe a précisé que sa structure est actuellement en train de mener une série de tests pour évaluer les taux de couverture, taux d’échec, taux de réussite des appels et autres services offerts par les opérateurs qui permettront à l’autorité de tutelle, d’apprécier d’ici début mai, la qualité des services offerts et de passer aux sanctions envers les opérateurs qui ne respectent pas leur promesse d’amélioration de la qualité des services.

Sur la question de la baisse des tarifs, il a été constaté que certains opérateurs ont effectivement baissé les coûts de communication mais ont manqué de communiquer abondamment afin que la population apprécie la démarche.

Au sujet des nombreuses plaintes des abonnés, plaintes relatives à la perte ou au vol de crédit, la ministre a fermement demandé à tous les opérateurs de commercialiser dorénavant uniquement les offres basiques et classiques sur la voix et sur la data, et a souhaité que chaque offre des opérateurs, avant d’être lancé, reçoive l’autorisation de l’ARCEP-BENIN avec possibilité de traçabilité de l’utilisation faites des crédits par les abonnés eux-mêmes.

Elle a souhaité aussi que les opérateurs n’obligent plus les abonnés à souscrire à des services qu’ils ne souhaitent pas ou à les obliger à envoyer un message à leur serveur pour se désabonner d’un service auquel ils n’ont pas volontairement souscrit.

Elle a par ailleurs mis en garde les opérateurs présents, qu’ils courent de graves sanctions en cas d’escroquerie envers les abonnés et leur a recommandé une plus grande transparence et surtout, une meilleure communication autour de leurs offres et services à la population afin de permettre à chaque abonné de mieux s’approprier leurs services.

Vivement donc la fourniture du rapport d’évaluation de l’ ARCEP d’ ici fin avril pour voir la suite à donner à ce dossier.

Publié dans Actions Du Gouvernement.